Parodies de Parolix, parodies de chansons, parodie
Parodies de chansons écrites Parodies de chansons interprétées Parodies de chansons en vidéo

238

114

37

Tes seins

  • Date de fin d'écriture : 3.2.2009
  • Titre original : Nos mains
  • Artiste : Jean-Jacques Goldman


   

Les paroles


Sur une arme les doigts noués Ils sont vidés, tout dégonflés
Pour agresser, serrer les poings Ils sont tout plats comme des bouquins
Mais nos paumes sont pour aimer Ils sont ridés, un peu violets
Y'a pas de caresse en fermant les mains Y'a pas de fantasmes en voyant tes seins


Longues, jointes en une prière Ces deux gants de toilettes
Bien ouvertes pour acclamer En peau morte presque collée
Dans un poing les choses à soustraire Ont la moiteur de poir-es blettes (1)
On ne peut rien tendre les doigts pliés Attends que je sois loin pour t'exhiber


{Refrain}{Refrain}
Quand on ouvre nos mains Quand tu montres tes seins
Suffit de rien dix fois rien J'ai un relans qui me vient
Suffit d'une ou deux secondes Suffit d'une demie seconde
A peine un geste, un autre monde C'qu'il en reste est immonde
Quand on ouvre nos mains Quand tu montres tes seins


Mécanique simple et facile Désolé, même un peu rond
Des veines et dix métacarpiens Je ne pourrais pas me résoudre
Des phalanges aux tendons dociles A te sucer les mamelons
Et tu relâches ou bien tu retiens Je n'aime pas trop le lait en poudre


Et des ongles faits pour griffer La chirurgie faut l'oublier
Poussent au bout du mauvais côté De l'argent t'en as pas assez
Celui qui menace ou désigne Vu dans l'état où là ils sont
De l'autre on livre nos vies dans des lignes Il te faudrait 200 opérations


{Refrain}{Refrain}


Un simple geste d'humain Tes machins sont pas humains
Quand se desserrent ainsi nos poings Range-moi ces quignons de pain
Quand s'écartent nos phalanges S'il te plait ça me dérange
Sans méfiance, une arme d'échange D'entre-voir ces bidules étranges
Des champs de bataille en jardin C'est trop dur pour moi j'y peux rien


Le courage du signe indien Ils ont été fait au burin
Un cadeau d'hier à demain Ou alors broyés par un train
Rien qu'un instant d'innocence Je veux m'asperger d'essence
Un geste de reconnaissance Car tu tortures tous mes sens
Quand on ouvre comme un écrin Quand tu montres ces trucs martiens
Quand on ouvre nos mains.Quand tu montres tes seins


Précisions / Variantes

  • (1) ou Ont la moiteur de deux poir's blettes

Vos appréciations

Moyenne : 8/10


Ces textes sont mis à disposition sous contrat Creative Commons
Parolix © 2007 - Tous droits réservés - parolix@parolix.net